Comment choisir son camping-car pour voyager ?

Van life est un mode de vie que de plus en plus de personnes dans le monde entier choisissent pour satisfaire leurs désirs de liberté et de voyager. C’est choisir de vivre dans une camionnette, ou de transformer un véhicule en maison mobile et donc, un camping-car.

Le mode de vie dans un camping-car

Sur Internet, vous trouverez de plus en plus d’histoires de personnes qui ont pris une décision de vivre dans un camping-car. Et vu qu’il s’agit de modifier un véhicule en habitat, un esprit d’adaptation à cette vie alternative est capital. Elle demande beaucoup d’initiative et de créativités telles qu’un espace aménagé avec l’emplacement des lits et d’autres détails primitifs. En fait, l’espace est limité et il est important de structurer la cabine de manière à la rendre aussi vivable que possible y compris une allée.

D’une part, il existe des groupes de personnes qui louent leurs camping-cars à un prix abordable. En fait, ils en sont venus à créer des communautés de vanneurs passionnés qui échangent des opinions et des conseils et partagent leurs expériences en matière de conduite automobile, de vie sur la route et d’itinéraires. Leur véhicule peut être une voiture d’occasion, un fourgon ou même une camionnette. Et bien, beaucoup d’entre elles n’exigent pas le type d’un véhicule emménagé. Seule l’aventure avec un minimum de survie leur plaît autant. Elles arrivent même à débarrasser leurs lits habituels et procéder à des sacs de couchages.

D’autre part, une communauté en pleine expansion rappelle beaucoup celle des campeurs “cousins”. Car si la Vanlife gagne du terrain surtout ces dernières années, grâce aussi à la diffusion qu’il y a eu à travers des réseaux sociaux, il y a toujours eu un mouvement composé de personnes du monde entier qui aime voyager et vivre libres.

De nombreuses personnes, lorsqu’elles décident de faire le grand saut et de vivre pendant une certaine période de l’année dans une maison sur roues (ou à plein temps, ce qu’on appelle les “fulltimers”), se demandent s’il est préférable pour elles d’utiliser une camionnette ou un camping-car.

Concrètement, le mode de vie est très similaire, car dans les deux cas, vous avez la possibilité de voyager librement et d’observer un horizon différent chaque jour. Mais il existe des différences substantielles dans les aspects techniques ou les petites situations de la vie quotidienne.

Pourquoi choisir la Vanlife?

Le fourgon aménagé, appelé aussi van, plait beaucoup pour ses nombreuses qualités. La première ? Sa discrétion. À la différence du camping-car qui est imposant et pas toujours évident à garer, le fourgon aménagé garde une apparence d’utilitaire. Même pour les modèles haut de gamme ! Plus compact, plus discret mais aussi plus maniable. Il est plus facile à manœuvrer qu’un camping-car profilé. Moins impressionnant, il est moins haut, moins large et moins long, ce qui est particulièrement pratique pour avoir accès à certaines routes, tunnels ou parkings.

Son indépendance et sa consommation modérée est un autre avantage qu’il possède. Il est moins encombrant, permet de circuler assez facilement et ne limite pas la liberté de mouvement. Il est donc plus dynamique, permet de garder son indépendance avec sa puissance et sa maniabilité. La différence avec une berline de tous les jours n’est pas très grande et sa consommation reste assez modeste.

Tout comme le camping-car, ce véhicule fait office de maison sur route idéale pour les week-ends ou les courts séjours. Il peut également être utilisé au quotidien pour aller au travail, transporter ses courses ou aller chercher ses enfants à l’école, etc. Ses nombreuses qualités permettent de l’utiliser tous les jours et de ne pas avoir à acheter deux voitures.

C’est d’ailleurs ce qui poussent de nombreux camping-caristes à opter pour l’achat d’un van, avec le temps.

A bord d’un fourgon, le volume de rangement est moindre. Mais certains espaces se montrent très pratiques, comme le rangement placé sous le lit arrière. On peut même y caler un vélo debout, pour peu que le lit transversal arrière soit repliable (ce qui est souvent le cas). L’accès par les portes arrière du fourgon devient alors un atout incomparable. Et pour ce qui concerne la charge utile, on retrouve des chiffres comparables à ceux des camping-cars (autour de 400kg).

Pourquoi choisir un camping-car

Le camping-car est un gros véhicule, il est donc parfois difficile de trouver un lieu où dormir ou tout simplement où s’arrêter. De plus, le camping-car ne passe pas toujours partout, il faut être vigilant ! Les camping-cars sont plus volumineux, plus lents et plus bruyants, mais ils ont un aspect qui me semble fondamental : ils ressemblent beaucoup à une maison. Contrairement au fourgon le camping-car permet de partir à l’aventure en famille avec une partie de sa maison. Il s’agit d’une seconde maison et on peut y mettre plusieurs objets du quotidien. On ne souffre donc pas du manque de place avec le camping-car et on peut garder le maximum d’affaires. S’il faut choisir entre le camping car ou van aménagé pour aller à l’aventure, le camping-car remporte tous les suffrages, il permet en effet de bénéficier d’un certain luxe et d’un confort considérable. Vous pourrez cuisiner pour toute la famille sans aucun problème.

Rien de mieux que d’avoir sa maison à portée de main et de voyager avec tout ce que l’on veut. Plus besoin de choisir entre le vélo des enfants ou les ustensiles de cuisine de Maman, tout loge ! Et qui plus est, même en étant à l’autre bout du monde.

Voyager en camping-car c’est bien mais parfois on se monte un peu trop les uns sur les autres et l’ambiance devient oppressante. Côté inconvénient, vivre dans un espace réduit fait qu’il y a peu d’intimité, et bonjour la saleté ! En camping-car, le rythme est en général beaucoup plus lent. On tarde davantage sur le trajet et on perd aussi beaucoup de temps pour ce qui est entretien et tâches quotidiennes (vidange, cuisine, ménage, …).

Le choix dépend donc de l’usage que vous souhaitez en faire, n’hésitez pas à tester chaque modèle pour vous assurer de trouver celui qui répond à vos spécificités. Au salon du Bourget, qui se rassemble tous les ans sur Paris en Octobre, de nombreux concessionnaires proposent d’essayer leurs véhicules.

La quasi-totalité des fourgons aménagés comprennent un cabinet de toilette, offrant douche, WC et lavabo. Dans la plupart des modèles, il faudra déplacer la cuvette des WC et/ou replier le lavabo pour prendre sa douche. Comme à bord de beaucoup de camping-cars compacts. Notons cependant que la tendance actuelle, dans les gammes de camping-cars, c’est la cabine de douche indépendante. Elle est rarissime à bord des fourgons. Quant aux vans compacts (à toit levable par exemple), ils sont majoritairement dépourvus d’espace sanitaire.

Plus de volume permet d’augmenter les espaces de rangements, et d’intégrer dans votre camping-car une douche et un WC. On pourra également retrouver douche et WC dans certains véhicules, mais plus rarement dans les vans (mieux vaut privilégier dans le véhicule l’espace de vie et le rangement, et disposer d’une douchette extérieure et d’un WC portable).

Quelques comparaisons d’un fourgon et d’un camping-car

Cependant, il y a une considération importante à prendre en compte. La Vanlife est né dans des régions du monde au climat très doux, comme l’Australie ou la Californie. Ce n’est pas une coïncidence, car la Vanlife est parfait pour ceux qui aiment le plein air. Si vous êtes principalement intéressé par les voyages, que vous aimez les faire de manière très minimaliste et que vous savez déjà que vous vous rendrez dans des régions où la température moyenne est bonne et les précipitations faibles, le véhicule est fait pour vous : vous parcourez des kilomètres plus rapidement et vous dépensez moins d’argent en carburant.

Le fourgon aménagé correspond au gabarit au dessus, en longueur et hauteur. Il gravite autour des 6 m de long, et fait le plus souvent de 2,40 à 2,80 m de haut. Comme le véhicule, c’est un utilitaire qui, passé entre les mains d’aménageurs professionnels se transforme en véhicule de loisir.

Le camping-car quant à lui est un véhicule beaucoup plus orienté loisir : sur la base d’un porteur (Fiat, Ford, Mercedes, Renault…) et d’un chassis spécifique (chassis FIAT CSS, chassis AL-KO…), le constructeur y ajoute une cellule. Il existe cinq types de camping-cars. La capucine, les profilés, les intégraux, les fourgons aménagés et les cellules amovibles. À ce classement vient s’ajouter un sixième genre regroupant ce qui n’y entre pas de façon formelle. Soit le sur-mesure, les prototypes, les véhicules mixtes empruntant à tous les groupes et les réalisations astucieuses mises au point par des particuliers.

Le camping-car est conçu à partir d’un châssis d’utilitaire. La cellule d’habitation est construite par la marque du camping-car, et greffée au châssis. Tandis qu’un fourgon aménagé utilise toute la carrosserie de l’utilitaire (parfois agrémentée d’une rehausse de toit, mais n’entrons pas dans le détail). Cette différence élémentaire a de nombreuses conséquences, qu’il vaut mieux connaître au moment de faire son choix.

D’abord, comparons ce qui est comparable: un fourgon et un camping-car de même dimension offrent le même espace à bord. Seulement, il existe peu de camping-cars de 5,99 mètres de long et 2,05 mètres de large (dimensions classiques d’un fourgon). Donc si l’on veut de l’espace autour du lit, un grand cabinet de toilette, une cuisine avec de nombreux rangements et une soute à vélo accessible depuis l’extérieur, on choisit naturellement un camping-car de 7,50 mètres. En fait, les aménageurs de fourgons proposent une large variété d’implantations, ce qui vous permet de trouver de confortables lits jumeaux dans un véhicule de 6,36 mètres, voire 6 m de long, ou encore des lits superposés, une douche indépendante, un lit double dans le sens de la longueur, etc. D’autre part, les constructeurs de camping-cars proposent aussi des véhicules intermédiaires: des profilés étroits (2,10 m de large) qui se montrent un peu plus grands qu’un fourgon, mais plus maniables que la plupart des camping-cars.

Que les choses soient claires: l’équipement de bord est fonction du prix que vous mettez dans votre véhicule. On peut ainsi doter un fourgon bas de gamme d’un chauffage puissant, d’une climatisation, d’un beau téléviseur, etc. Certes, un fourgon ne bénéficie pas de la même isolation qu’un camping-car. mais on y vit très bien, même en hiver. D’ailleurs, certains fourgons haut de gamme sont particulièrement adaptés à un usage quatre saisons.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les fourgons embarquent des réservoirs d’eau conséquents (ce qui n’est pas le cas des vans compacts, dépourvus de douche). Autour de 100 litres d’eau propre. C’est très comparable à ce que l’on trouve à bord des camping-cars. Quant à l’électricité, la batterie fournie de série est généralement suffisante. Elle peut être alimentée par un panneau solaire. Comme sur les camping-cars, on peut toujours opter pour une batterie lithium. Bien plus chère mais très performante.

Ces véhicules sont plus discrets que le camping-car. C’est indéniable. Quand il stationne sur une place de parking, votre véhicule ressemble à n’importe quelle fourgonnette de livraison. Ça améliore un peu le regard des riverains et l’accueil par les municipalités, mais ça ne change rien à la loi: camping-cars et fourgons aménagés restent des autos comme les autres. Ils sont soumis au même code de la route, peuvent stationner là où c’est autorisé, mais ont interdiction de camper sur la voie publique (donc pas de mobilier extérieur, pas de cales, ni de toit levable déployé quand on fait étape sur une place de stationnement).

Ces véhicules sont moins chers que les camping-cars d’entrée de gamme: autour de 40.000€ pour les premiers, et plutôt 48.000€ pour les seconds. Mais n’allez pas croire pour autant que le prix des véhicules de loisirs soit facturé au centimètre. Un gros camping-car d’accès coûte moins cher qu’un fourgon haut de gamme, et encore une fois, le prix dépend surtout du niveau d’équipement, du nombre d’options, des caractéristiques du véhicule.

Le cliché, c’est que le camping-cariste stationne à la semaine sur des aires bondées, tandis que le vanlifer dort dans la forêt, ami des bêtes et des fleurs.