Voyage Mexique : Chichén Itzà, 7ème merveille du monde moderne

Impossible de n’avoir jamais entendu le nom de cette cité maya enfouie dans la jungle. Chichen Itza doit son existence à la présence de deux imposants cénotes, des puits naturels gorgés d’eau, éparpillés un peu partout dans la péninsule du Yucatan. Dans cette région aride, ces cénotes représentaient un élément vital pour les Mayas. C’est ainsi que l’on obtient l’explication du mot Chichen, signifiant « bouche de puits ». Découvrez les meilleures idées d’itinéraires pour un voyage au Mexique.

Faites un saut dans le temps à Chichen Itza

La cité de Chichen Itza est situé à l’extrême nord de la Péninsule du Yucatan. C’était une ville maya qui fut influencée par la civilisation toltèque entre 750 et 1200 après J-C. La grande pyramide emblématique a été construite en 1050 en l’honneur du Kukulkan, le Dieu serpent à plumes. Les Mayas en ont fait un centre religieux et sacré parmi les plus importants du Mexique. Les connaissances et les croyances de cette civilisation étaient très développées pour l’époque. Après le déclin de la civilisation maya, les alliés des Toltèques connus sous le nom des Itzas conquirent le lieu dans les années 900. Les raisons de leur départ dans les années 1200 sont toujours inconnues à ce jour. En 1530, les « conquistadores » ont retrouvé les ruines de cette cité enfouie sous la végétation. Depuis, les fouilles archéologiques n’ont jamais cessé et cette région révèle encore d’innombrables secrets. Ce site, entouré par 300 hectares de forêt vierge, est depuis 1988 classé au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Depuis 2007, il fait partie des Sept Nouvelles Merveilles du monde. 

Les différents sites à visiter à Chichen Itza

Le Castillo

Parmi les édifices les plus remarquables du site, nous retrouvons comme à Tulum le fameux « Castillo », « château » en espagnol. Ce nom n’est pas celui d’origine mais celui donné par les conquistadors. Pour rejoindre le sommet de cette pyramide, les Mayas empruntaient les 91 marches qui se séparent latéralement en 365 marches, autant de marches que de jours dans l’année. Le Castillo mesure 24 mètres de haut. C’est le lieu sacré où l’on célèbre encore aujourd’hui la descente sur terre du dieu Kukulkan, le serpent à plumes. Lors des équinoxes d’automne et de printemps, ce serpent en pierre construit sur la rampe de la pyramide semble s’animer en fonction de la lumière que le soleil projette sur lui.

Le tzompantli

A quelques pas de la pyramide de Chichen Itza, nous pouvons observer le vaste temple des Guerriers et ses milles colonnes. Ce sont de grandes colonnes, parfois rondes ou carrées qui peuvent être gravées. Certaines tiennent encore debout, d’autres jonchent le sol. Les Toltèques adorateurs de temple, le dieu qui garde ce temple est d’une importance cruciale pour la cité, qui l’imposèrent aux populations dominées.

Le terrain de jeu de balle

Dirigeons-nous ensuite vers le plus grand terrain de jeu de balle du Mexique. Les archéologues sont unanime et confirment bien qu’il s’agit plus d’un rite sacré que d’un jeu. Lors des grandes fêtes, deux équipes s’affrontaient avec une balle en caoutchouc. La partie pouvait parfois durer plus d’une journée. A la fin du jeu le chef de l’équipe perdante était décapité par le gagnant de l’équipe adverse. Il est possible de voir ce type de terrain sur différents sites archéologiques au Mexique, mais celui là est impressionnant par sa démesure. C’est très simple, quand on est au milieu du terrain on se sent encore plus petit que sur un terrain de football.

Le cénote Ik Kil

Les cénotes sont des phénomènes naturels, ce sont des gouffres à la surface de la terre qui se forment lorsque le plafond d’une grotte remplie d’eau s’effondre. On estime que la péninsule du Yucatán, il y a environ 10 000 cénotes. Le cenote sacré qui a donné le nom de Chichen Itza au site est une oeuvre d’art. En effet, Chi signifie « bouche » et Chén, « puits ». Cet édifice reste très mystérieux, les Mayas y jetaient de l’or et autres pierres précieuses, des jarres ou encore des ossements humains. Le cénote se nomme “Ik Kil” ou Cénote bleu sacré, il a une profondeur d’environ 40 mètres. Un escalier mène au bassin, vous n’avez plus qu’à plonger dans l’eau. Ce qui est fascinant dans ce cénote ce sont les lianes qui pendent au dessus de la surface de l’eau ainsi que les petites cascades qui apportent une ambiance majestueuse et naturelle impressionnante.

Le Caracol

Ce dernier monument n’est pas une pyramide ou un temple, mais un lieu dédié à l’étude de l’astrologie. Cet édifice nous fait penser aux observatoires astrologiques moderne. Il confirme le caractère avancé de cette civilisation sur l’astrologie car c’est un observatoire de l’époque qui permettait aux Mayas d’étudier le mouvement des étoiles. Les connaissances Mayas ont été très avant-gardiste en la matière.

Les ruines de Cobá au Mexique 

Du sommet de l’ancienne pyramide de Cobá, la jungle ressemble à un tapis vert vivant. Les ruines de Cobá sont l’un de mes sites préférés dans le Yucatan au Mexique. Les archéologues croient que les ruines mayas étaient une ville incroyablement importante pour le peuple maya. Mais en raison de sa position éloignée, le site n’est pas aussi populaire auprès des touristes que d’autres ruines au Mexique. Cobá n’a pas autant de touristes que d’autres endroits comme Chichén Itzá ou les ruines de Tulum, et vous pouvez toujours escalader certaines des structures pour une perspective totalement différente et unique.

Temple des guerriers et groupe des 1000 colonnes

Des immenses salles qui entouraient le temple des guerriers, il ne reste aujourd’hui que les colonnes qui soutenaient les plafonds. L’ensemble est déjà très impressionnant ! Au sommet du temple des guerriers, on aperçoit un chac mool (intermédiaire entre l’homme et les dieux) tenant entre ses mains un récipient destiné à recevoir le coeur des sacrifiés.

Les mystères de Chichen Itza

La cité regorge de questionnements et de mystères non élucidés de la part des scientifiques. La prouesse des Mayas en matière d’architecture et de connaissances scientifiques est époustouflante pour l’époque. Voici les 3 principaux sélectionnés par Terres des Andes. 

– Mystère 1 de Chichen Itza : le son du perroquet face à la pyramide

Comment les Mayas ont-ils pu reproduire le son de cet oiseau ? Placez-vous devant la face gauche de la pyramide (gauche quand vous êtes dos à l’entrée). Ensuite, décalez-vous d’environ 50m puis frappez dans vos mains, vous recevrez un écho. Un son de perroquet selon la légende, un son d’oiseau produit par la tête de la pyramide qui agit comme un instrument de musique. Etonnant n’est-ce pas ? Si ça ne fonctionne pas essayez de vous reculer ou de vous avancer.

– Mystère 2 de Chichen Itza : la conception du site en lien avec l’astrologie

D’ou provient tous ce savoir des Mayas? L’édifice “el Castillo” est une prouesse architecturale. La précision de la construction de ce monument, permet de prédire chaque équinoxe d’automne (22-23 septembre) et de printemps (20 mars). Sur la face exposée nord de la pyramide, le corps ondulé d’un serpent se dessine le long de la rampe de l’escalier grâce à un jeu d’ombre entre le soleil et les arrêtes de la pyramide. De plus, les archéologues ont découvert récemment que les temples dans la ville ont été construits en fonction de la position des étoiles et des planètes. Le château enregistre les équinoxes et le solstice d’été, l’Observatoire lui, enregistre les cycles de la lune, qui, avec le positionnement du soleil, permettent d’indiquer les saisons de plantation et de récolte.

– Mystère 3 de Chichen Itza : les echos du terrain de pelote

Combien d’échos arrivez-vous à entendre au maximum? Un autre phénomène acoustique a lieu au beau milieu du terrain de pelote. Si vous frappez dans vos mains, un nombre important d’échos peuvent revenir à vos oreilles. Autant dire que l’acoustique du terrain avait bien été étudiée car ce phénomène était voulu. Surprenant n’est-ce-pas?

– Mystère 4 : les cranes et ossements retrouvés sur le site

Pourquoi retrouve-t-on autant de squelettes humains? Dans la légendaire cité de Chichen Itza, vous trouverez le Mur des Crânes. Les rangées de crânes de pierre sont sculptées de façon différente. De plus, vous retrouverez au fond du Cénote Ik Kil, ou Cénote bleu sacré, à une profondeur d’environ 40 mètres un nombre incalculable d’ossements. Autant vous dire que la baignade n’est pas très rassurante. La présence des ces ossements reflète-t-il l’animosité de ces civilisation ou alors est-ce le fruit de pratiques religieuses particulières ? En tout cas, cela laisse un goût étrange et morbide à la visite. Mais, vous avez de la chance, ce mystère n’en est pas un pour notre guide Pedro : à vous de lui poser la question.

Chichén Itzà, 7e merveille du monde moderne

Force est de constater que ce poids lourd de la culture maya-toltèque demeure une étape incontournable ! Même si, maintenant, les abords de Chichén Itzá ressemblent à un immense vide-grenier avec des centaines de vendeurs qui proposent leur pacotille pseudo-maya 100 % made in China aux touristes. Avec ses 8 000 visiteurs par jour en pleine saison, vous ne risquez pas d’être seul. Néanmoins, Chichén, ça vous en bouche un coin. La grande pyramide de Kukulkán surtout, qui semble s’élancer vers le ciel sans vouloir quitter le sol. Bluffant. Quelle maîtrise de l’espace. 

Les archéologues estiment qu’elle a été construite entre 650 et 800 ap. J.-C. Ses dimensions reflètent avec une précision mathématique le calendrier maya, avec 91 marches sur 4 côtés et une plateforme, le compte y est : 365 jours. Chaque année, au moment du solstice, des dizaines de milliers de visiteurs se massent à ses pieds pour voir l’ombre des marches dessiner Kukulkán, la version maya du « serpent à plumes » annonciatrice du changement de saison.

Chichén Itzá, déclaré patrimoine de l’humanité en 1988, résume toute l’histoire du peuple maya. Abandonné vers 1250 pour des raisons encore indéterminées, ce site continua de servir de lieu de pèlerinage aux Mayas pendant plusieurs siècles. Il revêtait une telle importance dans la péninsule que Francisco Montejoro lui-même avait caressé l’idée d’en faire sa capitale plutôt qu’à Mérida en 1540, c’est pour dire. À son acmé, Chichèn Itzà embrassait un territoire de plus de 25 km². On estime que la ville a pu abriter jusqu’à 100 000 personnes.

Isla Mujeres, une île entre le ciel et l’eau 

Depuis la mise en service d’une ligne directe par la compagnie XL Airways, Cancún n’est plus qu’à une dizaine d’heures d’avion du vieux continent. Fini les escales interminables à Mexico ou à Atlanta. Porte d’entrée de la péninsule du Yucatán, Cancún, qui n’était qu’un petit village de pêcheurs il y a une trentaine d’années, voit aujourd’hui atterrir environ 6 000 touristes par jour en pleine saison ! Un tourisme de masse qui n’est malheureusement pas sans impact sur l’environnement.

Cancún ravira les clubbers et autres aficionados de chaudes soirées tropicales arrosées de tequila. Les autres ne s’attarderont pas dans cette ville où il n’y a pas grand-chose à faire à part buller sur la plage en écoutant les bavardages du voisin. Cela dit, si vous n’avez ne serait-ce qu’une demi-journée à y passer, mieux vaut encore faire 20 minutes de bateau et filer jusqu’à Isla Mujeres, la mystérieuse « île des femmes », située juste en face.

Cette petite perle au charme désuet, tout juste sortie d’un roman d’Hemingway, cultive encore une forme d’indolence toute caribéenne, avec ses petites baraques en bois, ses épaves de bateau à moitié éventrées et ses petits bars les pieds dans l’eau.

Ses plages de sable blanc hérissées de cocotiers sont de vrais appels au farniente. Quant à l’eau, c’est la Caraïbe dans tous ses états, c’est-à-dire un bleu digne des plus beaux calendriers de la Poste et des petits poissons à faire pâlir un aquariophile.

Le site archéologique de Dzibilchaltun

Il est très facile d’atteindre cette zone archéologique, tant en voiture qu’en transport public. Dans mon cas, j’ai utilisé cette dernière méthode, je n’ai eu qu’à consulter les horaires des bus qui partent périodiquement du centre de Mérida vers le site archéologique. Le transfert a pris moins d’une heure, mais si vous partez du nord de la ville, il vous faudra environ une demi-heure. Si vous prévoyez de louer un véhicule ou de voyager en voiture, le trajet durera environ 15 minutes à partir de la sortie de Mérida.

Arrivé à Dzibilchaltún, parmi les bâtiments les plus populaires se trouve le “Temple des sept poupées”, ainsi nommé parce que sept petites statues y ont été trouvées. Ensuite, il y a l’occasion de nager dans un cenote naturel, une étendue d’eau douce et claire en plein air. N’oubliez donc pas d’apporter votre maillot de bain et des vêtements légers pour profiter de cette merveille de la nature située à quelques pas de la zone archéologique. Le musée de Dzibichaltún est  l’un des plus complets de tout l’État du Yucatán. Différents morceaux du site et même des stèles provenant d’autres régions comme Chichén Itzá et Uxmal sont constatés, parmi d’autres vestiges mayas et coloniaux intéressants de la région.

Découverte d’un Lieu présumé d’offrandes contre la sécheresse

Selon les experts, les artéfacts remonteraient à la période classique tardif ou post-classique, entre 700 et 1000 après J.-C. Tous ces objets auraient été amenés sur le site en empruntant ces galeries menant jusqu’aux cavernes. Ils croyaient sûrement atteindre les entrailles de la terre, el inframundo. En effet, il existe une théorie selon laquelle, à cette époque, le nord de la péninsule du Yucatán aurait connu une sécheresse inhabituelle; sécheresse qui aurait forcé les habitants à faire des offrandes aux dieux. Cette théorie est renforcée par la représentation sur nombre de brûleurs d’encens, du dieu de l’eau, Tlaloc. Il est reconnaissable notamment à ses yeux. La situation géologique serpentine de la grotte accentue sa difficulté d’accès; appuyant également cette hypothèse. Il s’agirait de l’un des lieux les plus sacrés de Chichén Itzá.

Circuits Mexique

Partez en circuit au Mexique le temps d’un voyage itinérant. De la péninsule du Yucatan, aux vastes espaces de Chichén Itzá, percez les secrets des anciens peuples mayas. Cités coloniales au charme inégalé, Merida, Campeche et Uxmal sont des haltes touristiques incontournables. L’ancienne ville maya de Calakmul, avec ses monastères au style architectural éclectique, séduit d’emblée les amoureux d’histoire. Aussi synonyme de dépaysement, le circuit vous plonge au cœur d’un univers sauvage et luxuriant. Pour cela, optez pour un circuit entre jungle et côte Caribéenne, qui permet la découverte complète du Yucatan et Chiapas.

Si vous choisissez un circuit d’une semaine, vous pourrez avoir un aperçu du Yucatan, en arrivant par Cancun. Pause balnéaire à Playa del Carmen, visite des sites archéologiques incontournables comme Chichen Itza Coba ou Tulum. Vous pourrez aussi choisir un itinéraire d’une semaine au départ de Mexico. Au programme, le canyon du Sumidero, le parc de Chapultepec et la visite de site archéologique mayas. Optez pour un circuit au Mexique de 15 jours, vous permettra d’en voir davantage, et de pouvoir profiter plus longuement de la magnifique côte caribéenne.

La destination idéal pour un circuit au Mexique est la péninsule du Yucatan. Cette région est en effet vraiment très riche en faune, flore, sites archéologiques, plages de rêve…et c’est pourquoi nous vous la conseillons comme premier voyage dans le pays. Au départ de Cancun, vous visiterez de nombreux sites archéologiques classés au patrimoine mondiale de l’UNESCO comme Tulum ou Chichén Itza. Dans la réserve de biosphère de Sian’Kan, vous verrez un autre site colonial, Muyil, mais aussi une épaisse jungle, de la mangrove, de nombreuses espèces d’oiseaux, et peut être même des crocodiles. Sur la côte caribéenne, ce sont des plages aux eaux turquoises qui vous attendent, et des noms qui laissent rêveurs, comme Playa del Carmen.

Circuit Mexique et plages de rêvesLe circuit au Mexique se déroule aussi naturellement sur ses vastes plages ceinturées d’hôtels au doux confort. Ajoutez Cancún et Tulum, qui sont parmi les plus célèbres stations balnéaires du pays. Entre le golfe du Mexique et la mer des Caraibes, la péninsule du Yucatan alterne criques, lagons sauvages et cenotes magnifiques. Les paysages sont tellement sublime que cette partie du pays n’a rien a envier à ses voisins Cuba ou encore la République Dominicaine. Les adeptes de sports nautiques trouveront leur bonheur en séjournant dans cette perle de la côte caribéenne, surf, kitesurf, jet ski…. Vous pourrez même essayer les incontournables touristiques tel que le snorkelling ou la plongée, pour varier votre circuit au Mexique.

Hébergement et hôtel pour voyage à Mexique

Il est conseillé de consulter les avis des voyageurs. Il vaut toujours mieux réserver sa première nuit au Mexique, ou si l’on arrive le soir. Le conseil vaut aussi pour tous les hébergements en haute saison.

– Hôtel : de l’établissement le plus simple à l’hôtel de charme ou au cinq-étoiles de luxe, il y en a pour tous les goûts.

– Auberges de jeunesse : présentes dans la quasi-totalité des destinations pour voyageurs à petit budget, elles offrent généralement de bonnes installations et disposent parfois de chambres particulières en sus des dortoirs.

– Cabañas : cabanes et huttes, généralement en bord de mer. Question confort, l’éventail est immense, du plus sommaire au très luxueux.

– Camping et hamac : dans les destinations petits budgets en bord de mer, on peut généralement dormir dans un hamac ou planter sa tente pour une poignée de pesos.